Rechercher

La cohérence cardiaque

Largement décrite dans le best seller* de David Servan Schreiber, psychiatre tourné vers les neurosciences et ayant fondé et dirigé le centre de médecine complémentaire de l'université de Pittsburg, cette méthode a le mérite d'agir en profondeur et au coup par coup. En la pratiquant, tu peux calmer ton stress, ton anxiété, tes idées noires, à tout moment, même au milieu d'une foule.


L'autre cerveau...

Tu penses ne posséder qu'un seul cerveau, situé dans ton crâne. Erreur. Un autre de tes organes, et pas des moindres, possède lui aussi un système de neurones (pas moins de 40 000) très identique à celui logeant dans ta boite crânienne. Comme le vrai cerveau, cet organe secrète de l'adrénaline. Il est donc capable de faire s'emballer ton système sympathique. Mais heureusement, il secrète d'autres hormones aux effets bienfaisants. Il est également en communication permanente avec ton grand cerveau. Entre eux existent des échanges constants via des connexions nerveuses directes. L'équilibre de l'un renforce l'équilibre de l'autre et réciproquement.

Mais quel est donc l'organe qui abrite cette petite usine semblable à la grande et qui peut agir sur vos humeurs et votre santé ? Place la main sous ton sein gauche, écoute le battre... tu as deviné : c'est le Coeur !

Les neurosciences ont mis en évidence qu'en plus d'être l'organe sans lequel on ne peut vivre, celui-ci est étroitement lié à nos émotions. Dans notre esprit, un coeur qui souffre signifie souvent qu'on a du chagrin. Un coeur qui bat se rattache aux émois amoureux ou à l 'attente, à la colère ou à la peur. Ne dit-on pas, symboliquement qu'on a le coeur brisé, qu'on prend les choses trop à coeur. En fait, ce n'est pas symbolique, c'est la réalité.

Ainsi, le coeur est un organe auto-animé, capable tout comme le cerveau, de réagir à ce que nous ressentons et nous envoyer des signaux émotionnels et intuitifs susceptibles de diriger notre vie. Les informations qu'il reçoit, il les transmet au cerveau et influence le système limbique et l'amygdale, centre des émotions, avec lequel il entretient une relation privilégiée.

Quand il est content, les informations sont bonnes et tout va bien. Mais quand il se fâche, il se dérègle et entraine un dérèglement du cerveau émotionnel. Et quand se fâche-t-il ? Quand le stress pointe à l'horizon. Le coeur n'aime pas le stress. Il déteste aussi les pensées négatives.

Notre cerveau émotionnel est la clé de nos humeurs et de notre état de santé. Si, sous l'effet du stress ou des émotions négatives, il s'emballe trop, il nous empêche de penser juste. Il excite aussi le sytème nerveux autonome, en relation avec l'ensemble de nos organes et cette excitation peut provoquer toutes sortes d'affections.

Mais, et c'est une bonne nouvelle, tu peux faire en sorte que ton coeur apaise son courroux et rétablisse le bon fonctionnement de ton système nerveux. Il enverra des messages positifs au grand cerveau, clamera l'agitation du système limbique. En plus, de par l'action sur le centre des émotions, mais aussi de par sa propre initiative, il renforcera tes défenses immunitaires, fera baisser ta tension et tu... rajeuniras.

Non au chaos, oui à la cohérence cardiaque

Nos 2 complices, cerveau de la tête et cerveau du coeur, travaillent donc de concert et peuvent le faire pour notre plus grand bien, tant mental que physiologique.

L'organisation ou la désorganisation du coeur se manifeste à travers ce qu'on appelle la variabilité du rythme cardiaque. Celle-ci est sous la dépendance des 2 branches du système nerveux autonome, à savoir le sympathique et le parasympathique Le premier accélère les battements cardiaques, le second les ralentit.

Quand ces 2 branches sont en équilibre, elles accélèrent et ralentissent le coeur à tour de rôle. mais quand, sous l'effet du stress ou des pensées négatives, le sympathique est prédominant, le chaos s'installe.

Chaos ou cohérence reflète notre état émotionnel qui affecte à son tour les aptitudes du cerveau à organiser l'information, prendre une décision, résoudre un problème ou exprimer sa créativité. Ils influent aussi directement sur notre état de santé.

En état de cohérence cardiaque, tu restes calme, tes émotions ne débordent plus. C'est comme si ton coeur avait le pouvoir d'apaiser tout ce qui s'agite dans ton esprit. Des sentiments comme la colère, l'anxiété, deviennent beaucoup plus contrôlables. Le stress est maitrisé. En rééquilibrant les relations coeur-cerveau, on instaure un climat de coordination entre les fonctions émotionnelles et les fonctions cognitives.

Mieux encore, les hormones, sécrétées et contrôlées par le coeur, bénéficient à ton organisme tout entier. L'une d'elles, l'ANF régule ta tension artérielle. Une autre, appelée ocytocine, te procure un bien-être immédiat; Mais pour que le coeur la libère, il faut des conditions particulières.

Tu as sans doute entendu parler de la DHEA, cette hormone de jouvence qui ralentit le vieillissement Eh bien, saches qu'en état de cohérence cardiaque, elle augmente d'elle-même, sans que tu aies besoin de t'en faire prescrire par le médecin.


Atteindre la cohérence cardiaque

Elle s'installe d'elle-même dès lors que tu te sens bien, heureuse, et non stressée. Mais peut-on l'obtenir lorsqu'on a des soucis ? N'est-il pas utopique de penser que notre coeur peut nous obéir et se mettre à osciller régulièrement ? Non, ce n'est pas une utopie. La cohérence cardiaque peut en effet s'obtenir à la demande.

Bon, il ne suffit pas de claquer des doigts et de dire, je veux. Cela ne fonctionne pas comme ça. Réguler la variabilité du rythme cardiaque s'apprend. Mais lorsque tu sauras le faire, quel bonheur ! A partir d'un exercice très simple, tu seras capable de renverser une émotion négative en émotion positive, de découvrir soudainement la solution d'un problème qui, 10 minutes auparavant, t'échappait. Et tu protégeras beaucoup mieux ta santé.

David Servan Schreiber insiste bien : "La cohérence cardiaque induit un calme intérieur, mais ce n'est pas une méthode de relaxation : c'est une méthode d'action. Elle se pratique dans toutes les situations de la vie courante. Il est possible d'entrer en cohérence aussi bien quand ton coeur bat à 120 qu'à 55".

Alors comment faire ?


Ce qu'il faut faire pour atteindre la cohérence cardiaque

▪ Pour évacuer tes préoccupations, commence par 2 ou 3 respirations lentes et profondes qui stimuleront déjà le système parasympathique. Parmi les respirations proposées dans mon article surles bienfaits de la respiration, choisis la respiration zen. Sois attentive à l’expiration remontant du plus loin possible et allant jusqu’au bout du souffle. L’inspiration venant ensuite d’elle- même.

▪ Au bout d’une quinzaine de secondes, porte ton attention sur la région du cœur. Imagine que tu respires à travers lui. Lentement, harmonieusement. L’idéal, correspondant au rythme naturel optimal, est de respirer 6 fois par minute. Au début, vérifie en regardant ta montre pour te donner la bonne cadence. Concentre- toi bien sur cette respiration que tu laisses aller, souple, sans à-coups. Arrondis-la. Imagine qu’avec elle, tu fais une sorte de boucle régulière et douce, traversant le cœur, sans forcer ni dans un sens ni dans l’autre. ▪ Tu dois parvenir à sentir qu’inspiration et expiration passent par ton cœur. Visualise-la, dans cette situation si agréable pour lui. L’air que tu inspires lui apporte l’oxygène dont il a besoin... Celui que tu expires le débarrasse de toutes ses toxines. Les mouvements respiratoires tout en souplesse et en légèreté le lavent et le purifient. Dans ce bain d’air doux et régénérant qui entre et sort, il se délasse, s’étale dans ta poitrine, se déploie comme une fleur sous l’effet du soleil. Tu ressens déjà un profond apaisement. ▪ Perçois bien cette sensation de déploiement, de chaleur qui envahit ta poitrine... Pour la fortifier, visualise un souvenir agréable, qui te met justement du “baume au cœur”. Le cœur se sent très bien quand il aime. Il s’épanouit. Tu peux penser à une personne aimée et qui t'aime. Ou encore trouver de la gratitude à te remémorer un paysage ou un moment d’action heureuse (ballade, descente en ski, nage au soleil, escapade dans des ruines). Choisis ce qui t'apporte la joie et la paix intérieure. ▪ Pendant ces étapes, il est absolument nécessaire de laisser de côté tout travail cérébral, tout questionnement, tout ce qui peut entraîner une réponse émotionnelle négative. Évite de penser à quelqu’un qui présente pour toi un souci. Si des idées parasites t'envahissent, ne t'accroche pas à elles, laisse-les passer, comme passent les nuages. Et, patiemment, reviens à l’image paisible. Sans oublier la respiration centrée sur le cœur. C’est son association avec le sentiment de gratitude qui permettra d’accroître et de maintenir la cohérence. Le fait de te sentir parfaitement bien signifie que la cohérence cardiaque est établie. Parfois elle se traduit par un sourire, une sorte de béatitude. Avec un peu d’entraînement, il est possible de maintenir cet état pendant une demi-heure ou plus. Qu'apporte cet état ? Il se répercute sur le cerveau émotionnel, lequel va le répercuter sur tout l'organisme. Sans oublier le coeur dont il renforcera la cohérence. Il s'agit là, comme dit David Servan Schreiber, d'un cercle vertueux. L'équilibre sympathique - parasympathique, est établi, le stress effacé. Cerveau émotionnel et cerveau cognitif fonctionnent de concert et sans dissonance. Ce qui te permet d'accéder à la fois à l'intuition du premier et au raisonnement du second. L'épatant dans cette histoire est que l'état de cohérence, avec tout ce qui s'ensuit, s'obtient chaque fois qu'on en a besoin. Après l'incontournable période d'apprentissage, tu peux mener ton coeur par le bout du nez dès que le stress pointera le sien. Il est aussi conseillé d'utiliser cette méthode avant de prendre une décision. Aller, à toi de jouer ! * David Servan Schreiber • Guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse, Robert Laffont, collection Réponses, 2003





0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout